Esquisse de la vie d’un virtuose

Charles BARBARA

Schenk, Ferret, Fischer : une trinité de personnages rongés par une passion démesurée, exclusive, la musique.

Schenk, le professeur de violon qui envoûte son élève par son jeu et la mène à la frontière de la mort.
Ferret symbole d’une existence vouée à la poursuite d’un rêve unique et inaccessible : devenir le plus grand violoniste virtuose de tous les temps.
Fischer ou le miracle accompli : l’accordeur fanatique qui reçoit une leçon d’humilité et de vie de son dieu même : Mozart.

Charles Barbara, grand ami de Baudelaire et de Champfleury, lecteur fervent d’Edgar Poe et de E.T.A. Hoffmann, écrivain fasciné par les névroses et la folie, analyse sans pitié les méfaits d’une obsession.

Mais parce que la musique est avant tout rédemptrice, le génie de Mozart transmet une grâce aérienne à ces héros malheureux.

Presse & Librairie

André Tubeuf, Le Point

« La musique couve partout dans ces trois épisodes, comme une folie et un salut. Mozart lui-même apparaît plus faux et plus proche que dans l’Amadeus de Milos Forman. »

zoom sur l’auteur

Charles BARBARA
Charles Barbara est né à Orléans le 5 mars 1817. En 1841, il rencontre (...)

Dans la même collection

Le Cri de l'aurore

Le Cri de l’aurore

|

Hoai Huong Nguyen

Saltimbanques

Saltimbanques

|

François PIERETTI

Hôtel Waldheim

Hôtel Waldheim

|

François VALLEJO

Le Jeu d'échecs

Le Jeu d’échecs

|

Édith THOMAS

Newsletter

Pour recevoir régulièrement
des informations sur l’actualité
de la maison, abonnez-vous à
notre liste de diffusion.

Se désabonner