Le Témoin compromis

Édith THOMAS

Édith Thomas, chartiste, historienne et romancière, fut un être entier, épris de vérité et d’une liberté abrupte et revendiquée. Est-ce pour cela que l’Histoire ne lui a pas rendu justice ?

Résistante de la première heure, elle rejoint la rédaction des Lettres françaises et le CNE après la mort de Jacques Decour. Elle en est « la cheville ouvrière, celle qui assurait toutes les liaisons indispensables », écrit Claude Morgan. Dans le même temps, elle s’inscrit au PCF clandestin. Six ans plus tard, en pleine affaire Tito, elle est l’une des premières à en claquer la porte.

1952 : Paulhan publie sa Lettre aux directeurs de la Résistance. Édith Thomas, elle, rédige Le Témoin compromis. Elle y analyse au plus près son cheminement politique et existentiel au cours de la décennie écoulée. Qu’en était-il de la Résistance ? Qu’en est-il du communisme ? Qu’est-ce qui l’a menée à cette partition brutale avec ses « camarades », alors que son adhésion au Parti avait tant signifié pour elle ?

Les Éditions Viviane Hamy font reparaître son Jeu d’échecs, publié en 1970, quelques mois avant sa mort. La critique pointe alors la lucidité extrême de ce roman autobiographique qui « propose […] des éléments nouveaux à l’examen du paradoxe de la femme d’aujourd’hui. Il faudra s’y référer à l’avenir ».

Il était donc essentiel de rééditer ces Mémoires afin de mieux appréhender, soixante-dix ans après les faits, le rôle majeur que cette femme hors normes joua dans la Résistance intellectuelle et les années de l’immédiat après-guerre.

Édith Thomas, chartiste, historienne et romancière, fut un être entier, épris de vérité et d’une liberté abrupte et revendiquée. Est-ce pour cela que l’Histoire ne lui a pas rendu justice ?

Résistante de la première heure, elle rejoint la rédaction des Lettres françaises et le CNE après la mort de Jacques Decour. Elle en est « la cheville ouvrière, celle qui assurait toutes les liaisons indispensables », écrit Claude Morgan. Dans le même temps, elle s’inscrit au PCF clandestin. Six ans plus tard, en pleine affaire Tito, elle est l’une des premières à en claquer la porte.

1952 : Paulhan publie sa Lettre aux directeurs de la Résistance. Édith Thomas, elle, rédige Le Témoin compromis. Elle y analyse au plus près son cheminement politique et existentiel au cours de la décennie écoulée. Qu’en était-il de la Résistance ? Qu’en est-il du communisme ? Qu’est-ce qui l’a menée à cette partition brutale avec ses « camarades », alors que son adhésion au Parti avait tant signifié pour elle ?

Les Éditions Viviane Hamy font reparaître son Jeu d’échecs, publié en 1970, quelques mois avant sa mort. La critique pointe alors la lucidité extrême de ce roman autobiographique qui « propose […] des éléments nouveaux à l’examen du paradoxe de la femme d’aujourd’hui. Il faudra s’y référer à l’avenir ».

Il était donc essentiel de rééditer ces Mémoires afin de mieux appréhender, soixante-dix ans après les faits, le rôle majeur que cette femme hors normes joua dans la Résistance intellectuelle et les années de l’immédiat après-guerre.

lire la suite du résumé

Presse & Librairie

Mona Ozouf, Le Nouvel Observateur

« Édith Thomas a cru au communisme. Elle y a renoncé sans trahir. Portrait d’une femme admirable. »

François Granon, Télérama

« Ces textes posent surtout une question vitale à ce siècle, la responsabilité politique de l’écrivain. »

zoom sur l’auteur

Édith THOMAS
Édith Thomas est née à Montrouge le 23 février 1909. Elle fut romancière (...)

ses autres livres aux éditions viviane hamy

Le Jeu d'échecs

Le Jeu d’échecs

Édith THOMAS

Paru le 12-04-2018
Pages de journal

Pages de journal

Édith THOMAS

Paru le 21-02-1995

Dans la même collection

Perdu en chemin

Perdu en chemin

|

Ruth KLÜGER

Le Témoin compromis

Le Témoin compromis

|

Édith THOMAS

Égarements

Égarements

|

Hjalmar SÖDERBERG

L'Apiculteur de Bonaparte

L’Apiculteur de Bonaparte

|

José-Luis DE JUAN

Newsletter

Pour recevoir régulièrement
des informations sur l’actualité
de la maison, abonnez-vous à
notre liste de diffusion.

Se désabonner