Préfère l’impair

Claude HABIB

« – Parce que je peux pas tout faire. Père porté comme on dit mère porteuse, voilà ce que tu es ! Stéphane a ri, c’est son charme de rire dans ces cas-là : je lui tire une balle en plein cœur, il l’attrape au vol et c’est un papillon. Le voilà qui souffle dessus, maintenant : “Père porté, c’est tout à fait moi.” Stéphane Billon, psychiatre-prestidigitateur. Convertit le plomb en bulle de savon. »

Le lecteur, devenu voyeur sans compassion, se met à l’affût des rapports qu’entretiennent les antihéros de cette histoire : Florence, Stéphane, leurs amis – et « Stéphanie », qui sera la maîtresse de Stéphane dans cet espace de temps qui précède la naissance d’un enfant.

lire la suite du résumé

Presse & Librairie

Juliette Boisriveaud, Cosmopolitan

« Des bulles de sagesse et de cynisme. Du rien. De tout. De la vie. Qui finira bien ou mal, c’est selon le lendemain. Et la découverte d’un talent ébouriffant. »

zoom sur l’auteur

Claude HABIB
Claude Habib est née en 1956 à Paris où elle vit. Spécialiste de la (...)

Dans la même collection

Hôtel Waldheim

Hôtel Waldheim

|

François VALLEJO

Le Jeu d'échecs

Le Jeu d’échecs

|

Édith THOMAS

Ne préfère pas le sang à l'eau

Ne préfère pas le sang à l’eau

|

Céline Lapertot

Niels

Niels

|

Alexis Ragougneau

Newsletter

Pour recevoir régulièrement
des informations sur l’actualité
de la maison, abonnez-vous à
notre liste de diffusion.

Se désabonner