Jours d’Alexandrie

Dimitris STEFANÀKIS

Disponible aussi en version numérique

Ce roman a reçu le Prix Méditerranée étranger 2011.

Jours d’Alexandrie se déploie sur les soixantes premières années du XXe siècle, du début de la Première Guerre mondiale à la nationalisation du Canal de Suez. Saga urbaine et familiale, épopée des diasporas, les personnages gardent, où qu’ils soient, un lien viscéral avec leur ville, Alexandrie, Babel des temps modernes. On ne peut s’empêcher de songer au Quatuor d’Alexandrie de Lawrence Durell. Trois figures emblématiques se détachent : Antonis Hàramis, le Grec chef de famille, issu des milieux les plus pauvres d’Athènes, devenu l’industriel du tabac le plus important d’Égypte, Élias Khoùri, "le Libanais" distant, manipulateur, polyglotte, incarnation de l’internationalisme alexandrin, point de jonction de tous les personnages. Et Yvette Santon, Française au caractère bien trempé, agent secret des Anglais. Autour d’eux gravite une pléiade d’acteurs d’origines et de conditions très diverses. Mais au-dessus de tout et de tous, Alexandrie, impériale, observe les fortunes qui se nouent et se dénouent, et la marche du temps.

Jours d’Alexandrie est imprégné d’une ironie subtile, presque tragique, vis-à-vis des multiples destins et à l’égard d’Alexandrie elle-même ; roman-fleuve historique, érotique, politique et socialo-urbain, il est le palimpseste d’une époque où l’aventure, l’inventivité et l’amour de la vie étaient élevés au rang d’idéal parce qu’elle sentait, déjà en soi, les germes de la décadence et du désastre.

http://www.youtube.com/watch?featur...

lire la suite du résumé

Presse & Librairie

Lire

« Avec ce roman, on a l’impression de se faufiler dans un poème du merveilleux Cavafy et de retrouver les parfums divinement exotiques que Lawrence Durrell distilla dans son célèbre Quatuor. [...] Cosmopolite, multiraciale, la ville (Alexandrie) était à l’époque un modèle de tolérance et Dimitris Stefanakis lui consacre un livre superbe : une saga urbaine doublée d’une chronique familiale et d’un tableau de toutes les diasporas qui convergèrent vers cette Cythère amarrée à la Méditerranée. »

Livres Hebdo

« Dimitris Stefanakis peaufine les décors et les costumes à mesure qu’il ouvre une à une les portes d’une cité élégante et cosmopolite. Son Jours d’Alexandrie entraîne aussi le lecteur à Paris, au Caire ou à Munich. C’est de là qu’en 1922 Mahos écrit à son père qu’il a entendu " un orateur des plus inspirés : Adolf Hitler. "... Fresque romanesque qu’on ne lâche pas, le réjouissant livre de Stefanakis est une incontestable réussite du genre. »

La Vie

« Comme Mario Levi, Dimitris Stefanakis peut écrire qu’il a essayé de saisir « l’âme d’un monde englouti depuis très longtemps »... Comme lui, il y a merveilleusement réussi, et son roman, généreux, est aussi une formidable invitation au voyage. »

Femme actuelle

« Dans un style sobre, l’auteur a bâti un récit dense et généreux qui peut parfois dérouter le lecteur. A tord, car quelques belles surprises s’y cachent. »

zoom sur l’auteur

Dimitris STEFANÀKIS
Dimitris Stefanàkis est né en Grèce en 1961. Après des études de droit à (...)

ses autres livres aux éditions viviane hamy

Film noir

Film noir

Dimitris STEFANÀKIS

Paru le 21-02-2013

Dans la même collection

Abigaël

Abigaël

|

Magda SZABÓ

La Maison des souvenirs et de l'oubli

La Maison des souvenirs et de l’oubli

|

Filip DAVID

Les Natasha

Les Natasha

|

Yelena Moskovich

Le Hibou

Le Hibou

|

Nissim ALONI

Newsletter

Pour recevoir régulièrement
des informations sur l’actualité
de la maison, abonnez-vous à
notre liste de diffusion.

Se désabonner