Le Hibou

Nissim ALONI

Disponible aussi en version numérique

Les légendes courent : un hibou vieux de mille ans rendrait aveugle quiconque ose l’approcher ; le diable fréquente tous les soirs le Café de monsieur Pinto ; la nuit, des hurlements filtrent des murs du fournil de monsieur Sasson… Mais c’est le soldat turc d’Edirne qui hante les esprits : fonce-t-il toujours vers les positions ennemies alors qu’une bombe lui a arraché la tête ? Notre jeune héros y croit dur comme fer… bien plus que ses copains. Dans ce quartier populaire de Tel Aviv, au début des années 40, leurs aventures dans le terrain vague ou le long de la voie ferrée sont bien plus essentielles que la Guerre qui n’est qu’une voix émanant du poste de radio.

« On galopait sur des chevaux blancs au-dessus des abîmes, pour échouer dans les bordels de la rue Allenby, en compagnie des soldats. Salamon racontait que son oncle aveugle l’emmenait à Jaffa tous les samedis. Près d’un couvent chrétien, il y avait des échoppes où l’on vendait des dattes couleur pourpre et des prostituées qui prenaient des bain de soleil, les jambes écartées. »

Presse & Librairie

Alain Nicolas, L’Humanité

« C’est la logique du conte qui mène ce roman d’initiation, dont l’atmosphère est donnée par des superpositions d’images puissantes, et la dynamique par des dialogues allant de l’aphorisme à la comédie. »

Information juive

« Ce livre, traduit trente ans après sa parution, révèle la puissance et l’originalité d’un remarquable écrivain. »

Kerenn Elkaïm, Livres Hebdo

« Le dramaturge israélien Nissim Aloni resurgit dans un texte fondateur sur une adolescence dans la Palestine des années 1940 [...] Par petites touches, Nissim Aloni nous initie au pouvoir des histoires. »

Simon Bentolila, Le Magazine littéraire

« L’incipit, déjà, annonce un texte d’une rare puissance onirique, qui lui restera parfaitement fidèle. »

Sarah Mossman, Librairie Le Bel aujourd’hui (Tréguier)

« De sa très belle écriture, Nissim Aloni saisit la perspective de l’enfant et dessine le contour d’un monde où fusionnent la réalité et l’imaginaire [...] Un texte talentueux. »

Librairie Appel, Plein Cliel (Paris 11)

« Très très beau court roman du grand dramaturge israélien Nissim Aloni - décédé voilà presque vingt ans. Nous découvrons dans ce texte, le Tel Aviv des années 1940 à travers les yeux d’un enfant à l’imagination plus que... débordante. Je n’ai pas peur de me répéter, c’est un petit bijou. »

zoom sur l’auteur

Nissim ALONI
Après avoir participé à la guerre d’Indépendance et étudié à l’Université (...)

Dans la même collection

Abigaël

Abigaël

|

Magda SZABÓ

La Maison des souvenirs et de l'oubli

La Maison des souvenirs et de l’oubli

|

Filip DAVID

Les Natasha

Les Natasha

|

Yelena Moskovich

Matteo a perdu son emploi

Matteo a perdu son emploi

|

Gonçalo M. TAVARES

Newsletter

Pour recevoir régulièrement
des informations sur l’actualité
de la maison, abonnez-vous à
notre liste de diffusion.

Se désabonner