Véronique Rossignol, Livres Hebdo (Avant-critiques)

« Derrière ces comportements sinon absurdes du moins fantaisistes, Tavares trouve une nouvelle mise en forme des questions qui hantent son œuvre : les situations de choix moral, la lecture géométrique du réel, la frontière équivoque entre la folie et le rationnel [...] Pour Matteo a perdu son emploi, comme pour tout autre livre de ce professeur d’épistémologie, le lecteur doit accepter de se laisser désorienter. »

zoom sur l’auteur

Dans la même collection

Le Soir

|

Antoine Perraud, La Croix

|

Notes Bibliographiques

|

Françoise Perrin, Le Vif / L’Express (Belgique)

|

Newsletter

Pour recevoir régulièrement
des informations sur l’actualité
de la maison, abonnez-vous à
notre liste de diffusion.

Se désabonner