Trois histoires d’oubli

Djaimilia Pereira de Almeida

Disponible aussi en version numérique

Avec ces Trois histoires d’oubli, Djaimilia Pereira de Almeida, en digne admiratrice du Flaubert des Trois contes, traverse les époques, du xixe siècle à nos jours, pour imaginer des personnages qui essayent chacun, tant bien que mal, de façonner leur destin.

Dans La Vision des plantes, le capitaine Celestino revient au pays au terme d’une vie passée sur les mers ; cet ancien trafiquant d’esclaves sans remords entend bien finir ses jours « comme un saint », à prendre soin des œillets de son jardin. Dans Raz-de-marée, on lit la douloureuse confession de Boa Morte, un immigré angolais qui a combattu aux côtés des Portugais durant la guerre coloniale, désormais condamné, pour glaner quelques pièces, à aider les automobilistes de Lisbonne à trouver une place de stationnement. Enfin, Brume raconte les souffrances et les ruses d’un esclave brésilien, cherchant avidement dans la lecture et la nature une échappatoire à sa vie de servitude. Dans une langue somptueuse, poétique et ouverte au mystère, Djaimilia Pereira de Almeida s’interroge, par la seule fiction, sur le poids du passé dans nos existences, le regard de l’autre, l’identité, l’asservissement, pour mieux célébrer notre soif d’émancipation et notre irrépressible quête de liberté.

lire la suite du résumé

Presse & Librairie

Alamblog

"Des histoires de souvenirs et de destins joliment tressées, joliment traduites, on se régale."

La Croix

"Ne jamais juger, toujours décrire, telle est la littérature. Et ainsi Djaimilia Pereira de Almeida subjugue-t-elle, tout en s’inscrivant dans une vision « afropolitaine » réunissant les Africains du monde en un tendre archipel zébré de souffrances. Elle en dessine - avec une grâce cuisante mais envoûtante - les contours, tenaillés par des visions hallucinées de fantômes martyrisés du passé colonial, revenus mettre martel en tête aux vivants qui s’attardent. Nous voilà au cœur d’une réflexion contemporaine, où les boussoles indiquent désormais le Sud. Et ce, par le truchement d’une Pénélope postcoloniale au tissage prodigieusement savant mais jamais gênant."

Télérama

"Brume partage sa simplicité mystique avec Félicité, l’héroïne d’ « Un cœur simple », joyau de « Trois Contes », du même Flaubert. On pourrait citer aussi Tolstoï et la dialectique de Maître et serviteur. Mais il ne faudrait pas écraser sous des références le somptueux ensemble de cette écrivaine, inconnue en France malgré une pléiade de prix. Née en Angola, enseignante à New York University, Djaimilia Pereira de Almeida traduit avec une langue superbe et ces êtres profonds le déchirement de l’Occident."

Le matricule des anges

"Délicate comme une saudade, la prose affutée et sensuelle de Djaimilia Pereira de Almeida dit le passé incontournable et la tremblante humanité. Une rareté. "

Voyages au fil des pages

"Pour ne plus se souvenir du passé et des atrocités qu’on a commises ou subies ou pour se libérer du jugement d’autrui. On ne peut qu’être ému par leur triste sort."

La Viduité

"Trois histoires d’oubli aux confins d’un réalisme magique, La prose de Djaimilia Pereira de Almeida parvient à se faire onirique, inquiétante et obsessive sans jamais se répéter. On reste convaincu du charme qu’offre Trois histoires d’oubli."

Le Courrier

"Autant de personnages hantés par le passé colonial mais aussi marqués par leur désir de liberté, d’apaisement. Djaimilia Pereira de Almeida a reçu en 2019 le Prix Oceanos (prix littéraire lusophone prestigieux) pour Luanda Lisboa Paraiso."

Le Monde des Livres

"Pereira réussit cet exploit consistant à incarner le colonialisme à travers un seul homme. Dans une langue poétique et précise, Djamilia dit nos aveuglements, tout en repoussant les limites de notre portion congrue de liberté."

Marenostrum

"Un texte magnifique, plein de poésie et de sensualité. Une écriture somptueuse, au service d’un réalisme magique. Les contes de Djaimilia Pereira de Almeida, que l’on a parfois comparée à Flaubert, émerveilleront le lecteur aussi sûrement que les jardins parfumés qu’elle décrit."

Chemins d’écritures, RFI

"Djaimilia écrit pour faire remonter à la surface le refoulé colonial, un triptyque somptueux et réaliste sur le poids du passé de domination dans une société postcoloniale."

Amina

"Trois nouvelles, trois destins misérables et de solitude écrits avec beaucoup de poésie, de précision et de sensibilité."

zoom sur l’auteur

Djaimilia Pereira de Almeida
Née en 1982 à Luanda, en Angola, Djaimilia de Pereira de Almeida a (...)

Dans la même collection

Mémoires de jeunesse

Mémoires de jeunesse

|

Vera Brittain

Le Phénix

Le Phénix

|

Christos A. Chomenidis

Mythologies

Mythologies

|

Gonçalo M. TAVARES

Virtuoso

Virtuoso

|

Yelena Moskovich

Newsletter

Pour recevoir régulièrement
des informations sur l’actualité
de la maison, abonnez-vous à
notre liste de diffusion.

Inscrivez-vous


Désinscrivez-vous