Baptiste Liger, Lire

« À travers ces deux fables, Gonçalo M. Tavares paie son tribut à Franz Kafka et Robert Walser. Le verbe "être" trouve ici sa place quasiment dans chaque phrase, comme pour mieux aller à l’essentiel. La sécheresse de ton, stupéfiante, révèle un monde où les repères moraux ont perdu sens et où l’humain, asservi par sa technologie, n’est autre que "du matériel pensant". Des machines à vivre, en quelque sorte. »

zoom sur l’auteur

Dans la même collection

Valérie Marin La Meslée, Le Point

|

Alain Nicolas, L’Humanité

|

Gilles Heuré, Télérama

|

Victor Pouchet, Le magazine Littéraire

|

Newsletter

Pour recevoir régulièrement
des informations sur l’actualité
de la maison, abonnez-vous à
notre liste de diffusion.

Se désabonner