Et je prendrai tout ce
qu’il y a à prendre

Céline Lapertot

Disponible aussi en version numérique

Prix coup de cœur de la 25e heure du livre du Mans 2014

Imaginez l’histoire d’une violence. Celle que fait subir un père à sa fille, honteuse, intime, qui ne peut se dire ou qu’on ne veut pas entendre...

Et je prendrai tout ce qu’il y à prendre est l’explication du silence dans lequel Charlotte - dorlotée jusqu’à ses sept ans puis soumise aux sévices de son père - s’est enfermée. C’est la jeune fille de dix-sept ans qui révèle le secret de son enfance. Elle a tué et elle doit témoigner. Sous la forme d’une lettre ouverte adressée à son juge, elle raconte, elle revendique son acte et en assume la responsabilité. Après s’être tue pendant si longtemps, comment s’exprimer, comment trouver les mots pour faire comprendre l’inavouable, l’innommable ? Charlotte a décidé que ce ne sera pas par le son de sa voix que le juge l’entendra mais bien par l’écho que renverra sa confession manuscrite...

Et je prendrai tout ce qu’il y a à prendre bouleverse parce que Céline Lapertot a trouvé le rythme juste pour maintenir la tension dramatique qui en fait la force. Le lecteur reste auprès de Charlotte - Antigone moderne et fragile - à chaque instant. Il partage sa douleur, lui qui est le seul à la connaître...

Presse & Librairie

Marine Landrot, Télérama

« [...] C’est ce silence qui intéresse Céline Lapertot, jeune romancière de 27 ans, dont on n’est pas prêt d’oublier le premier cri littéraire. [...] Céline Lapertot suit les méandres d’une conscience atrophiée, bafouée, contorsionnée au creux d’un labyrinthe dont elle ne peut pas prendre la sortie, par peur du monde extérieur. Dans une langue sobre et tranchante, magnifique de justesse, elle invective en sourdine toute une société qui ne sait plus voir ni écouter le désespoir criant des êtres. La lecture de ce premier roman laisse en état de choc. Choc de découvrir une nouvelle écriture à l’estomac, d’une profonde dignité. »

Anne Crignon, Le Nouvel Observateur

« Par cette lettre pleine de rage et de vitalité, Céline Lapertot pose à 27 ans la question du mal et de ceux qui l’administrent banalement, presque distraitement. »

Linda Cassou, Télématin

« Un premier roman époustouflant. »

Jeanne de Ménibus, ELLE

« Ici, la manipulation s’enrobe de réussite sociale et de grands principes. Elle se fraie un chemin dans une conscience vulnérable s’y déploie comme une bombe à fragmentation. Incrédule, on découvre une mère tétanisée, tandis que se fille oppose le silence à ceux qui devinent sa détresse. Céline Lapertot en pénètre l’éloquence - et tombe dans le mille. »

Page des libraires

« Céline Lapertot réussit un tour de force. [...] L’écriture, tout en pudeur et retenue, nous étreint, nous fait chavirer. L’auteur retranscrit avec beaucoup de justesse ce quotidien massacré et étouffant. Un livre coup de poing, tranchant, dérangeant, incroyablement maîtrisé ! »

Arnaud de Montjoye, Témoignage chrétien

« Un roman qui laisse l’impression d’une victoire. »

Veneranda Paladino, DNA

« Une auteure se révèle. [...] Par sa justesse, sa puissance, son rythme heurté aimanté par la beauté de la tragédie classique, l’écriture confirme le pouvoir de la littérature. »

Michèle Besnier-Devillard, Ouest France

« Un bijou littéraire. [...] Bouleversant, d’une grande tension dramatique et magnifiquement écrit... »

Hélène Ibarra, Femmes Attitude.com

« Et je prendrai tout ce qu’il y a à prendre est un roman poignant, écrit avec une incroyable justesse. [...] La lecture de cet ouvrage est un régal, même s’il traite d’un thème délicat, puisque Céline Lapertot met ici en exergue toute la beauté »

Froggy’s delight

« Avec ce remarquable et abouti opus nourri au lait d’un humanisme empathique qui révèle un vrai travail d’écriture sur les mots, la syntaxe et la langue et laisse subodorer un univers fictionnel à la riche intensité dramatique, Céline Lapertot s’inscrit en littérature. »

Gilles Million, Librairie L’Usage du monde

« L’écriture à la place de la parole : "j’écris parce que nul n’échappe aux mots" nous confie l’héroïne de ce roman poignant. Comment décrire l’indicible, témoigner et produire de la littérature ? La jeune Céline Lapertot répond avec brio à cette question dans un premier roman bluffant. [...] Tour à tour, Charlotte et la romancière convoquent les mots, la grammaire et la littérature pour raconter cette histoire rendant le lecteur témoin de cette mise en abîme vertigineuse... »

Claire Lesobre, Librairie Entre les lignes

« Un premier roman coup de poing dont on sort ébranlé. [...] Un texte qu’on ne lâche pas tellement l’écriture de Céline Lapertot nous tient. »

zoom sur l’auteur

Céline Lapertot
Céline Lapertot est professeur de français à Strasbourg. Depuis l’âge de (...)

ses autres livres aux éditions viviane hamy

Des femmes qui dansent sous les bombes

Des femmes qui dansent sous les (...)

Céline Lapertot

Paru le 03-03-2016

Dans la même collection

Niels

Niels

|

Alexis Ragougneau

Un dangereux plaisir

Un dangereux plaisir

|

François VALLEJO

Sous le ciel qui brûle

Sous le ciel qui brûle

|

Hoai Huong Nguyen

Trois saisons d'orage

Trois saisons d’orage

|

Cécile COULON

Newsletter

Pour recevoir régulièrement
des informations sur l’actualité
de la maison, abonnez-vous à
notre liste de diffusion.

Se désabonner