Astrid de Larminat, Le Figaro littéraire

« Ses personnages sont comme des poupées russes que les événements écorchent sans qu’on n’en puisse jamais saisir le fond. L’histoire d’Étienne et Irène est particulièrement machiavélique, mais ne sont-ils pas l’un et l’autre des marionnettes prédestinées par les événements qui eurent lieu trois siècles auparavant ? Ceux qui croient tirer les ficelles dans l’ombre seraient-ils eux-mêmes les jouets de quelque chose qui les dépasse ? Une belle mise en scène baroque, agréablement romanesque. »

zoom sur l’auteur

Dans la même collection

Marianne Dubertret, La Vie

|

Florence Bouchy, Le Monde des Livres

|

Frédérique Bréhaut, Le Maine Livres

|

Enrica Sartori, Le Magazine Littéraire

|

Newsletter

Pour recevoir régulièrement
des informations sur l’actualité
de la maison, abonnez-vous à
notre liste de diffusion.

Se désabonner