Iblis ou la défroque du serpent

Armande GOBRY-VALLE

Ce livre a reçu le prix Goncourt du premier roman 1991.

« Je les ai appelés. J’ai dit : "J’ai mangé Sarah. Je sais, elle ne s’appelle pas Sarah. Mais cela m’est parfaitement égal. Pour moi, elle DEVAIT s’appeler Sarah. Il le fallait, parce que c’était Sarah que j’espérais. Et pas une autre. Rien n’aurait pu arriver si Sarah ne s’était pas appelée Sarah." Il y a eu un drôle de silence, une sorte de menace très dense, et comme je n’avais rien d’autre à ajouter, tout à coup une explosion : "Qui êtes-vous ? D’où appelez-vous ? Vous vous foutez de moi ?" Il était bien inutile d’essayer d’expliquer quoi que ce soit. Il vaut mieux qu’ils viennent. Alors j’ai donné mon nom, même si ça ne sert à rien, l’adresse de Sarah, et j’ai raccroché. »

Presse & Librairie

Elle

« Le choc ! Vous allez être abasourdi par le rythme d’enfer, le talent vertigineux d’Armande Gobry-Valle, et son absence totale de résignation. Courez vite acheter ce livre et lisez-le ! »

François Nourissier, Le Figaro littéraire

« Iblis ou la Défroque du serpent m’a été recommandé par Michel Tournier, à notre table de chez Drouant, et je ne regrette pas de l’avoir lu. »

Pascale Frey, La Tribune de Genève

« Un tel livre se situe au-delà de la littérature. Les tripes remplacent l’érudition. Il y a des choses, des sentiments qu’il est impossible d’inventer. »

La Croix

« Mme Gorby-Valle a écrit là un livre de haute densité. Le patronage est à chercher du côté de Faulkner : c’est du Mal qu’il s’agit et Mme Gobry-Valle montre qu’elle s’y connaît. Cela devient rare. »

Les Echos

« Roman amer, râpeux, rageur, qui impose, à l’évidence, un véritable auteur. »

Femme actuelle

« Ce roman confirme le réel talent d’Armande Gobry-Valle. »

Le Soir (Belgique)

« La fascination est totale, grâce à l’étonnante séduction d’un récit et d’une écriture à laquelle on ne résiste pas. »

Le Libre Belgique

« Le premier roman d’un auteur déjà grand. »

Dernières Nouvelles d’Alsace

« Ce livre est à la hauteur des romans confirmés. L’écriture est dupe, blessée, tendue à se rompre, extirpe tous les éclats de haine fichés au cœur d’un homme nié, éperdu de tendresse. Il y a chez Armande Gobry-Valle une exigence passionnée, une volonté de dire tout, de crever la poche du mystère des êtres. C’est un livre implacable. »

Jean Contrucci, Le Provençal dimanche

« Ce qui procède de l’envoûtement dans ce livre, c’est son apparente quiétude pour raconter des choses terribles qui font descendre au plus profond des êtres, là où se terre l’indicible, l’inavouable. Le style d’Armande Gobry-Valle est adéquat à son héros et à son sujet : du feu sous la glace. Un écrivain vient de naître au monde. »

L’Alsace

« Un livre d’une écriture superbe. »

La Relève

« Le mot incisif, la phrase sobre, aucun effet littéraire de l’auteur, la littérature, la vraie : on ne peut s’y tromper. Après la lecture de ce roman, nous conservons, enfouie en nous, la richesse de tous ces livres passés ou à venir que nous ne parviendrons jamais à oublier totalement. »

zoom sur l’auteur

Armande GOBRY-VALLE
Armande Gobry-Valle est née en 1953.

ses autres livres aux éditions viviane hamy

Le Puits d'exil

Le Puits d’exil

Armande GOBRY-VALLE

Paru le 18-01-1995
Un triptyque

Un triptyque

Armande GOBRY-VALLE

Paru le 01-01-1993
La Convulsion des brasiers

La Convulsion des brasiers

Armande GOBRY-VALLE

Paru le 01-01-1993
Terre tranquille

Terre tranquille

Armande GOBRY-VALLE

Paru le 01-01-1990

Dans la même collection

Efface toute trace

Efface toute trace

|

François VALLEJO

Opus 77

Opus 77

|

Alexis Ragougneau

Le Cri de l'aurore

Le Cri de l’aurore

|

Hoai Huong Nguyen

Saltimbanques

Saltimbanques

|

François PIERETTI

Newsletter

Pour recevoir régulièrement
des informations sur l’actualité
de la maison, abonnez-vous à
notre liste de diffusion.

Inscrivez-vous


Désinscrivez-vous