L’Insoumis

Gilles HEURÉ

Disponible aussi en version numérique

Ce livre a reçu le prix Henri Hertz 2006.

« Ses pages sur la Première Guerre, dans Clavel soldat et Clavel chez les Majors en 1919, sont parmi les plus lucides sur la peur et l’ennui, le dégoût du ‘’bourrage de crâne’’ et des foules qui s’y plient. Dans les années suivantes, Werth sera confronté à la politique, aux tourmentes idéologiques et aux controverses intellectuelles. L’antimilitariste soldat sera aussi anticolonialiste, notamment dans son livre Cochinchine, pourfendant l’arrogance et la cruauté des sociétés civilisées à l’égard de celles qu’elles pillent et maintiennent sous le joug des armées et des colons. Il écrira contre le nazisme et le stalinisme dans les journaux, alertera sur l’inexorable descente collective vers les abîmes et, pendant quatre ans, entre 1940 et 1944, tiendra un journal qui deviendra Déposition, un des plus grands livres sur les années de l’Occupation, celles qui virent tant de renoncements, d’ignominies et de courage.

À regarder tous les tableaux des peintres qu’il a connus et sur lesquels il a écrit, à sillonner les campagnes à bicyclette, bref, à lire tous ses livres et articles, on se dit que l’homme reste singulièrement notre contemporain […], qui se refuse à accepter la modernité à tout prix, fût-elle parée des plus beaux atours culturels. »

Gilles Heuré

À l’occasion du cinquantenaire de la mort de Léon Werth, les Éditions Viviane Hamy font paraître cet Insoumis de Gilles Heuré qui permettra de mieux appréhender la liberté du « bonhomme » Werth dans toutes ses dimensions, la lucidité de sa pensée et l’intransigeance de ses positions.

lire la suite du résumé

Presse & Librairie

Ph.-J. Catinchi, Le Monde

« L’Insoumis est moins une biographie qu’une lecture de l’œuvre d’un témoin d’exception, dont l’historien journaliste donne à comprendre la vraie force, cette probité morale absolue qui en fait un contemporain si dérangeant encore. »

Dominique Kalifa, Libération

« L’essai de Gilles Heuré est le premier ouvrage consacré à ce “profil perdu”, dont il nous rappelle la présence attachante et lucide. »

Mona Ozouf, Le Nouvel Observateur

« L’auteur de Clavel soldat fut antibourgeois, antimilitariste et anticolonialiste. Saint-Exupéry lui dédia Le Petit Prince et Gilles Heuré lui consacre une belle biographie. »

J.-M. de Montremy, Livres Hebdo

« […] La plus importante [des nouveautés] est sans aucun doute l’ “essai biographique” consacré à Werth par Gilles Heuré, journaliste à Télérama. Bon connaisseur de la presse et des milieux politiques des années d’avant 1914, Gilles Heuré rend à Léon Werth sa stature. À toujours le présenter comme un antimilitariste et un anticolonialiste (ce qu’il était), on a fini par négliger la force de proposition que sut toujours incarner le journaliste et l’homme engagé. »

A. Canastra, Page des Libraires

« Découvrir ou redécouvrir Werth devient une urgence ! Pour Gilles Heuré, Werth est extrêmement contemporain par ses engagements et les thèmes abordés dans ses livres. […] Saluons les Éditions Viviane Hamy pour leur magnifique travail et parce qu’elles font revivre Léon Werth ! […] Et puis, il y a l’indispensable biographie de Gilles Heuré, un bel hommage à ce grand homme que fut Léon Werth. Désormais, avec toutes ces richesses, seuls ceux qui refusent d’avoir les yeux grands ouverts sur ce monde ne liront pas Léon Werth. »

C. Ferniot, Lire

« Pour éclairer l’œuvre de Léon Werth, admirée par Saint-Ex, il faut plonger dans le tout récent essai biographique de Gilles Heuré, L’Insoumis. Un terme qui donne la mesure de ce romancier qui a toujours su dire non à l’injustice et à la folie universelle. Gilles Heuré ne veut pas réduire la vie et l’œuvre de Léon Werth à une action de combattant et d’opposant : il nous fait découvrir un homme en perpétuel mouvement, un “dévoreur de vie” ».

A. Rollin, Le Canard enchaîné

« Cet “essai” de Gilles Heuré donne envie de lire Werth pour en découvrir la clarté, la force de celui qui écrit : “Quand je descends en moi, je ne trouve que grisaille traversée d’éclairs. Je n’ai pas envie de disséquer des éclairs. Ces clartés d’un instant me suffisent” ».

M. Crépu, La Revue des Deux Mondes

« […] excellent livre de Gilles Heuré. »

P. Bollon, Marianne

« Jusqu’à une époque récente, le nom de Léon Werth n’était plus familier qu’aux lecteurs attentifs du Petit Prince. […] Comme le rappelle Gilles Heuré dans une biographie qui vient de paraître, Werth fut l’un des animateurs les plus hauts en couleur de la scène littéraire et politique française du début du XXe siècle. »

J. Guéguen, Ouest France

« Le livre de Gilles Heuré propose un parcours dans l’œuvre de Werth – c’est son plus grand mérite –, donne envie de s’y plonger, de découvrir “cette écriture d’une acuité, d’une modernité extraordinaire, qui s’adresse à toutes les générations et dont les thèmes résonnent encore aujourd’hui”. »

Alain Greiner, Le Républicain lorrain

« L’Insoumis, magnifique livre-hommage que lui a consacré Gilles Heuré […] »

zoom sur l’auteur

Gilles HEURÉ
Gilles Heuré est grand reporter à Télérama.

ses autres livres aux éditions viviane hamy

L'Homme de cinq heures

L’Homme de cinq heures

Gilles HEURÉ

Paru le 17-08-2009

Dans la même collection

Trois saisons d'orage

Trois saisons d’orage

|

Cécile COULON

Un dangereux plaisir

Un dangereux plaisir

|

François VALLEJO

Des femmes qui dansent sous les bombes

Des femmes qui dansent sous les bombes

|

Céline Lapertot

33 jours

33 jours

|

Léon WERTH

Newsletter

Pour recevoir régulièrement
des informations sur l’actualité
de la maison, abonnez-vous à
notre liste de diffusion.

Se désabonner