L’Ombre douce

Hoai Huong Nguyen

Disponible aussi en version numérique

Ce roman a reçu le Prix Marguerite Audoux 2013, le Prix Première-RTBF 2013, le Prix du Salon du Livre de Genève 2013, le Prix Lire Élire - Bibliothèques pour tous Nord Flandre 2013, le Prix littéraire Asie de l’Adelf et le Prix du premier roman de Sablet 2013.

1954, c’est la guerre d’Indochine, l’armée populaire vietnamienne attaque les troupes françaises sans relâche.

À Hanoï, à l’hôpital Lanessan, Mai, une jeune Annamite, aide les équipes médicales en charge de remettre sur pieds les soldats français blessés. Yann, le jeune breton, a été atteint au thorax mais s’en sort... Pour elle, c’est bien un coup de foudre. La jeune femme va d’ailleurs faire preuve d’une imagination débordante pour empêcher qu’il soit renvoyé trop rapidement au front, allant même jusqu’à mentir au médecin sur son état de santé. L’énergie qu’elle déploie pour retarder son départ éveille l’attention et la curiosité du soldat qui, à son tour, tombe sous le charme.

Ce bonheur fragile va être rapidement mis à mal. Le père de Mai, juge influent, pense l’avenir de sa fille auprès d’un autre qu’elle refuse évidemment d’épouser. Son entêtement la met au ban de sa propre famille, et elle est contrainte de quitter définitivement le domicile parental. Elle pense alors pouvoir vivre librement son amour. Soucieux de profiter de chaque minute passée ensemble, les deux amants se marient en hâte, la veille même du retour de Yann pour Diên Biên Phu. C’est la guerre qui sépare à présent le couple naissant.

Mais, Mai va tenter désespérément de se battre, chaque jour un peu plus, pour secourir Yann et le faire sortir de ces limbes. Elle ira, pour cela, au bout de l’enfer… Les sentiments, aussi forts soient-ils, peuvent-ils survivre à tant d’épreuves ? Jusqu’à quel point se sacrifier ?

Une grande émotion se dégage de ce texte et s’empare du lecteur dès les premières lignes. Hoai Huong Nguyen nous raconte l’histoire d’amour, quasiment condamnée dès ses balbutiements, entre une Annamite et un soldat français, que rien ne prédestinait, alors même que tout le peuple vietnamien était appelé à lutter pour se défaire une fois pour toutes de la présence française. L’Ombre douce est un roman d’une intense douceur mais aussi d’une violence profonde, sourde. Écrit dans une langue suggestive et doté d’une dimension poétique, il est serti de haïkus délicats. Il dit, dans une narration juste et lumineuse, la jeunesse, le désarroi, l’errance, la fatalité, mais surtout la liberté et la beauté.

lire la suite du résumé

Presse & Librairie

Yann Moix, Le Figaro littéraire

« Le style de Hoai Huong Nguyen, servi par sa grande fluidité, permet d’évacuer les clichés. Il sait dire les pluies, les intempéries, les alluvions - autant de violences météorologiques qui sont les violences d’un amour séparé et, en filigrane, l’intelligente et subtile évocation de la Bretagne natale de Yann. Il y a de l’ambition dans cette prose [...]. Offrez-le autour de vous - mais d’abord, offrez-vous à vous-même un instant vital de littérature pure. »

Marianne Payot, L’Express

« Comment dire les corps déchiquetés, les souffrances des soldats mieux que Hoai Huong Nguyen, dont la prose poétique fait des merveilles, transformant les champs de mines en chant d’amour lumineux ? C’est tout le talent de cette nouvelle venue sur la scène littéraire. (...) Un hymne à la grandeur des sentiments et aux beautés de la nature. »

Gilles Heuré, Télérama

« Cette belle histoire d’amour, plongée dans les convulsions de la guerre, est emplie de silences et de fureur. L’eau, celle de la pluie, celle de la rivière Nam Youn ou de l’océan qui sépare l’Indochine de la Bretagne de Yann, y symbolise ce qui est à la fois fugace et éternel. Écrit par une jeune femme d’origine vietnamienne (...), ce beau roman bref parvient à associer la splendeur et la douceur d’un pays à la violence d’un conflit qui le ravagea totalement. »

Jean-Christophe Buisson, Le Figaro Magazine

« Sur une trame mille fois dévidée, avec la délicatesse d’une tisseuse de soie, elle déploie des trésors d’imagination poétique pour narrer la plus tragique des histoires. Il émane de son texte une douce violence qui capte l’attention de la première à la dernière page. »

Jeanne de Ménibus, ELLE

« On referme ce conte tragique étrangement apaisé. Ébloui par le spectacle de la nature dont Hoai Huong Nguyen restitue les beautés changeantes avec poésie. Rasséréné par l’idée que des sentiments si grands puissent éclore au sein de nos vies minuscules. »

Marie Michaud, Page des Libraires

« La magie de L’Ombre douce opère dès les premières lignes grâce à la beauté et à la diversité des images, et à la poésie de la langue. Derrière la pureté des personnages et leurs sentiments, balayée par la fureur de la guerre et des hommes, on devine un monde finissant dont les échos donnent une profondeur émouvante à l’histoire. »

Questions de femmes

« Un premier roman puissant et beau, empreint d’une infinie poésie qui vient cacher (ou plutôt atténuer) une violence sourde et terrible. Poignant. »

Frédérique Bréhaut, Le Maine Libre

« L’Ombre douce enveloppe dans le souffle de sa poésie les liens complexes entre deux cultures réunies puis séparées par l’histoire coloniale. La séduction de ce premier roman se tient dans ces instants d’harmonie fragile qui accompagnent le mouvement des âmes pures. »

Daniel Martin, La Montagne

« Hoai Huong Nguyen ose tout, la pureté, l’excès, la passion. Charge son texte de poésie, des plus doux sentiments, comme de violence, de souffrance. Elle sait dire les corps meurtris, les hommes défaits, la peur, la longue attente. Et parvient - quel tour de force ! - à décrire cette bataille perdue par l’armée française dans une fresque époustouflante. »

Veneranda Paladino, Reflets DNA

« Fourmillant de phrases aussi puissantes que resserrées, L’Ombre douce scelle sa soif d’absolu et d’amour dans l’étreinte avec la mort. Dans la tendresse du titre de son roman, Hoai Huong Nguyen a libéré le souffle intérieur du poème inscrit en chacun de nous. »

Sean J. Rose, Livres Hebdo

« Un premier roman qui revisite le conte des amours contrariées sur fond de guerre d’Indochine. »

zoom sur l’auteur

Hoai Huong Nguyen
Hoai Huong Nguyen est née en 1976 en France de parents vietnamiens. Son (...)

Dans la même collection

Trois saisons d'orage

Trois saisons d’orage

|

Cécile COULON

Un dangereux plaisir

Un dangereux plaisir

|

François VALLEJO

Des femmes qui dansent sous les bombes

Des femmes qui dansent sous les bombes

|

Céline Lapertot

33 jours

33 jours

|

Léon WERTH

Newsletter

Pour recevoir régulièrement
des informations sur l’actualité
de la maison, abonnez-vous à
notre liste de diffusion.

Se désabonner