Opus 77

Alexis Ragougneau

Disponible aussi en version numérique

En lice pour le prix des Libraires 2019
Finaliste du prix Femina 2019
Finaliste du prix Femina des Lycéens 2019
Lauréat du prix Au Saut du Livre (librairie à Joigny (89))

« Un jour, dans mille ans, un archéologue explorera ton refuge. Il comprendra que l’ouvrage militaire a été recyclé en ermitage. Et s’il lui vient l’idée de gratter sous la peinture ou la chaux, il exhumera des fresques colorées intitulées La Vie de David Claessens en sept tableaux. Je les connais par cœur, ils sont gravés à tout jamais dans ma médiocre mémoire, je peux vous les décrire, si vous voulez faire travailler votre imaginaire :

L’enfant prodige choisit sa voie.
Il suscite espoirs et ambitions.
Le fils trébuche, s’éloigne, ressasse.
Dans son exil, l’enfant devient un homme.
Le fils prodigue, tentant de regagner son foyer, s’égare.
Blessé, il dépérit dans sa prison de béton
.

Mais à la différence des tapisseries de New York, ton histoire est en cours ; il nous reste quelques tableaux à écrire, toi et moi, et je ne désespère pas de te faire sortir un jour du bunker. La clé de ton enclos, de ta cellule 77, c’est moi qui l’ai, David. Moi, Ariane, ta sœur. »

Note : Le titre est un hommage au concerto pour orchestre et violon de Dimitri Chostakovitch.

Pour découvrir la vidéo réalisée par Page des libraires, c’est ici.
et celle de la librairie Mollat : ici

Presse & Librairie

Philippe-Jean Catinchi, Le Monde des Livres

« Alexis Ragougneau signe là une partition d’une profondeur tragique dont la leçon dit plus que les affres des dictatures modernes. »

Alexandra Schwartzbrod, Libération

« Nul besoin d’être mélomane pour apprécier ce roman. La force des émotions - la jalousie, la rancœur, l’ambition, la passion - suffit à happer le lecteur, à l’entraîner dans un tourbillon de haine et d’amour d’une violence âpre et sèche. Ariane Claessens, qui porte ce livre sur ses épaules car c’est elle qui parle, de la première à la dernière phrase, qui crache, qui hurle cette attention qu’elle n’a pas reçue, ce vide qu’a créé la disparition du frère rendu fou par le père, finit par sortir du cadre figé de la page pour prendre vie sous nos yeux avec sa chevelure rousse flamboyante et ses mains qui se déploient et ses doigts qui vont et viennent sur les touches noires et blanches du piano. »

Alain Nicolas, L’Humanité

« On connaissait le talent d’Alexis Ragougneau pour créer des atmosphères en deux verbes et trois noms. Il nous propose avec Opus 77 une méditation tragique, drôle et grinçante, sur ces deux domaines où la passion peut tout créer et tout détruire : la famille et l’art. »

Valérie Marin La Meslée, Le Point

« Alexis Ragougneau pose toutes les pièces au dossier familial des Claessens, révélées l’une après l’autre, puis entremêle savamment les temps, les faits, les réflexions, de telle sorte qu’Opus 77 a cette allure d’une course contre la montre, au tempo à la fois haletant et inquiétant. En commençant la lecture, prévoyez le panneau "Ne pas déranger". »

Josyane Savigneau, Lire

« Auteur touche-à-tout passant d’un genre à l’autre, Alexis Ragougneau plonge ici dans la grande symphonie des sentiments, au rythme des cinq mouvements du Concerto pour violon n°1 de Chostakovitch. Une réussite. »

Rémi Bonnet, L’Écho républicain

« Discret et méthodique, Alexis Ragougneau est un auteur qui mérite que l’on s’arrête sur son œuvre. […] Habitué aux romans policiers, il distille ses révélations dans ce roman au compte-gouttes, créant un effet de suspense brûlant qui ne donne qu’une envie : aller au bout de ce "page-turner". »

L’Est éclair

« Une mise à nu sans pitié, rythmée par les cinq mouvements de l’Opus 77 […] Un roman original et très prenant, qui met en mots l’émotion que procure la musique, et un beau portrait de femme. »

Paris Normandie

« La petite musique d’Alexis Ragougneau n’envoûtera pas que les mélomanes avertis. Une réussite. »

L’Amour des livres

« Tout commence sur les notes d’un concerto de Chostakovitch, tout en dramaturgie, reflet d’une mise à nu sans pitié. Un roman ambitieux et passionnant. »

Véronique Rossignol, Livres Hebdo (avant-critique)

« Alexis Ragougneau déchiffre le microcosme codé de la musique classique et nous fait entrer profondément dans l’œuvre de Chostakovich, « jouet de Staline pendant dix-sept ans », à travers l’intimité de son Opus 77, dont le vieux professeur arménien dit que pour le jouer « il faut avoir été tout au fond et y être resté un moment ». »

Stanislas Rigot, dans Télématin (Lib. Lamartine)

« Brillamment écrit, Opus 77 est un livre qui se révèle avec une histoire de famille à tiroirs comme on les aime. »

ActuaLitté

« Nul besoin d’être un amateur ou un connaisseur de musique classique pour être happé par l’écriture sensible et élégante d’Alexis Ragougneau. Ignorant ou novice, le lecteur explore les coulisses du Victoria Hall – salle de concert emblématique de Genève - reflet d’un monde rude, superficiel et hautement compétitif, qui n’autorise aucune approximation. Conseil de lecture : une écoute attentive du fameux concerto donne au texte une profondeur inattendue, en ce qu’elle permet de ressentir les errements, la souffrance et la solitude de l’artiste. »

Jean-Baptiste Hamelin, Le Carnet à Spirales (Charlieu)

« Un très grand roman, aux multiples thèmes, sans fausse note et d’une intensité allant crescendo. »

Betty Duval-Hubert, Librairie La Buissonnière (Yvetot)

« Hommage littéraire et romanesque à la musique, aux silences et aux dissonances, à la beauté et au fracas des notes, à la fragilité des mains, à la perfection désirée dans la souffrance et l’abnégation. Une narration en un seul monologue monocorde instaurant un dialogue imaginaire entre une sœur et son frère, entre la soumission et le refus, une conversation entre la musique et le silence. C’est la face cachée du monde de la musique classique professionnelle qui est dévoilée. C’est l’oubli de soi dans la technique et la musique, un cheminement de démence vers la perfection rarement atteignable, une lutte intense engagée pour parvenir au meilleur niveau, à l’osmose parfaite. Ce roman est sans fausse note, époustouflant ! »

Marie-Laure Turoche, librairie Coiffard (Nantes)

« Après Niels que j’avais lu avec grand plaisir, Opus 77 est le deuxième roman non polar d’Alexis Ragougneau. Ici, un secret de famille tient le lecteur en haleine jusqu’à la toute fin et il est aussi question de musique, de création, de filiation. Je l’ai dévoré ! »

Catherine Fons, librairie-papeterie Les Petits Mots (Meudon)

« Peut-être le roman de cette rentrée ? Même s’il est probable que le nouveau livre d’Alexis Ragougneau soit moins sous les projecteurs, il mérite votre lecture, que ce soit pour l’histoire, la musique et le style d’écriture. »

Charlotte, Librairie Les Mots retrouvés (Vitry-sur-Seine)

« Ce roman est un véritable coup de maître ! Il réussit à recréer l’univers au combien fascinant et intransigeant de la musique classique, à travers une famille de virtuoses dont la force cache de nombreuses blessures. Les personnages sont magnétiques, l’écriture est implacable, puissante et sensuelle, et le sujet est parfaitement maîtrisé. »

Librairie L’Arbre à Lettres (Paris XI)

« Roman virtuose, d’une élégante beauté. »

Didier Jouanneau, Les Oiseaux de nuit (Saint-Amand-en-Puisaye)

« La première page est ensorcelante, entêtée, celles qui suivent le sont tout autant […] Écrit d’une main de maître, tout est tendu autour d’un grain de folie, d’une note musicale frénétique coincée à jamais au fond d’une pupille. Mille bravos à Alexis Ragougneau, un auteur virtuose ! »

Florence Cavallin, Librairie de Port Maria (Quiberon)

« J’ai adoré le nouveau livre d’Alexis Ragougneau ! La dernière page achevée, comme au concert, on laisse passer quelques minutes pour conserver encore un peu ce moment de bonheur. J’ai beaucoup apprécié la composition de ce roman qui calque celle de l’œuvre musicale. On découvre une artiste, une fille, une sœur : une femme exceptionnelle en tout cas. »

Erik Fitoussi, Librairie Passages (Lyon)

« Il émane de ce livre un charme aussi puissant qu’envoûtant ; un roman singulièrement juste et subtil dans sa capacité à traduire en mots cette émotion si vive que l’on peut ressentir à l’écoute de toute partition musicale et/ou familiale. »

Lucile Frassy, Librairie-café La Suite (Versailles)

« Plus qu’un roman sur la musique que j’ai dévoré et adoré, l’auteur nous plonge dans les failles incroyables des grands musiciens, des êtres hors normes qui marchent sur un fil… […] Un livre magnifique qui montre aussi comment la musique peut être un enjeu de domination avec cette remarquable mise en perceptive autour de Chostakovitch. »

Jean-Loup Zamboni, Entrée Livres (Verdun)

« On ne sort pas indemne de ce combat musical et littéraire : à lire absolument, avant de vous précipiter pour écouter le concerto dont ce magnifique roman vous donne les clefs. »

Julien, Les Mots passants (Aubervilliers)

« J’ai lu et terminé avec beaucoup d’émotions Opus 77. J’y ai aimé l’écriture, toute la force des émotions que l’auteur nous transmet par le biais d’un violon et d’un piano […] Même après lecture ce livre est encore bien ancré en moi. Un des plus beaux romans de cette rentrée. »

Julie Remy, La Cour des Grands (Metz)

« Pour son quatrième roman Alexis Ragougneau met son audace littéraire au service du 4e art, et c’est la plus belle surprise de la rentrée. La précision de la langue et celle de l’intrigue portent des personnages hors du commun dévorés par la musique classique. Cet auteur ne nous déçoit jamais. »

Sébastien Le Benoist, Librairie Quai des Brumes (Strasbourg)

« Une des plus belles scènes d’ouverture lue depuis longtemps ! »

Lucile Robin, librairie Les Herbiers (Les Herbiers)

« Une lecture magnifique, dense et fluide, qui nous embarque dans un monde inconnu et magique ! Un énorme coup de cœur ! »

Librairie Jean-Jacques Rousseau (Chambéry)

« L’Opus 77 d’Alexis Ragougneau est un roman magistral ! Que vous soyez mélomane ou non, amateur de Chostakovitch ou non… Ce n’est pas un polar, genre dans lequel l’auteur a excellé à deux reprises déjà, mais c’est tout aussi prenant ! »

Librairie de la rue en pente (Bayonne)

« L’Opus 77 de Dimitri Chostakovitch délite la famille Claessens, musiciens prodiges. Lors des funérailles du père, la fille se souvient : les compétitions impitoyables, les attentes écrasantes de la famille, les pièges de la célébrité, la solitude profonde... Se révèlent alors les secrets d’une famille unie par la musique mais éclatée dans l’intimité. Cinq chapitres pour les cinq mouvements du fameux concerto, des personnages complexes, beaucoup d’émotion, une écriture qui claque et une dramaturgie qui va crescendo. Intense ! »

Élodie Bonnafoux, librairie Les Arcanes (Chateauroux)

« Avec cet Opus 77, Alexis Ragougneau nous emmène dans les affres des grands concertistes peuplées d’égos surdimensionnés, de névroses profondes et de solitude collective. Un très beau roman sur la musique, la famille et la réussite. »

Mathilde Meyer, librairie Bisey (Mulhouse)

« Le portrait doux-amer d’une famille vulnérable. Entre failles intimes et amours absolues. Lumineux et sonore ! »

Aude, librairie Mots et Images (Guingamp)

« Un roman magnifique à lire avec les yeux et les oreilles. »

Librairie La Procure (Versailles)

« Ariane, par l’Opus 77, nous raconte l’histoire de sa famille où la musique a toute sa part. Elle rend présents les absents. Un roman fort et puissant. »

Librairie Tome 7 (Paris VII)

« Un très grand roman. »

Christine Grivel, Librairie Payot (Genève Cornavin)

« Ce roman est une partition d’une grande intelligence et d’une finesse psychologique passionnante. Sur le fil, envoûtant et fascinant, il vous emmène crescendo vers sa dernière note. »

Christophe Marie, Librairie Au Saut du Livre (Joigny)

« Ariane Claessens, pianiste de renommée internationale, rejoue pour nous la partition familiale : sous l’emprise d’un père chef d’orchestre despotique, elle raconte ses fragilités et retrace le parcours d’un frère génial au destin brisé. Analyse clinique d’un dysfonctionnement familial. Prenant et terrifiant. »

Marie-Dominique Jean, OCEP Librairie (Coutances)

« Ce roman fait la part belle à la musique via le portrait d’une artiste, pour ne pas dire d’une famille d’artistes. Ajouté à cela, le récit de la création de l’Opus 77 et son compositeur Chostakovitch, vous obtiendrez un roman passionnant à la tonalité parfois presque inquiétante et à l’intensité croissante, ponctuées de belles envolées. »

Hélène Perentidis, Fnac Paris-Italie 2 (Paris XIII)

« Magnifique ! Un roman qui mêlent histoire de famille, personnages complexes et grande musique... À découvrir absolument ! »

zoom sur l’auteur

Alexis Ragougneau
Alexis Ragougneau est né en 1973. Il fait une entrée remarquée dans (...)

ses autres livres aux éditions viviane hamy

Évangile pour un gueux

Évangile pour un gueux

Alexis Ragougneau

Paru le 14-01-2016
La Madone de Notre-Dame

La Madone de Notre-Dame

Alexis Ragougneau

Paru le 23-01-2014

Dans la même collection

Le Cri de l'aurore

Le Cri de l’aurore

|

Hoai Huong Nguyen

Saltimbanques

Saltimbanques

|

François PIERETTI

Hôtel Waldheim

Hôtel Waldheim

|

François VALLEJO

Le Jeu d'échecs

Le Jeu d’échecs

|

Édith THOMAS

Newsletter

Pour recevoir régulièrement
des informations sur l’actualité
de la maison, abonnez-vous à
notre liste de diffusion.

Se désabonner