Préfère l’impair

Claude HABIB

Disponible aussi en version numérique

« Au cours de ces vacances, ils souffrirent ensemble, mûrirent ensemble. Ils pleurèrent beaucoup sur eux-mêmes à Delphes et à Olympie. Ils firent aussi ce qu’on fait en Grèce, c’est-à-dire boire du Retsina, nager dans les criques, adopter un chaton sur l’Acropole, rire et faire l’amour (à l’insatisfaction générale). Quand ils revinrent à Paris, Patrick embrassa une existence homosexuelle dont il ne lui cacha pas grand-chose. Elle écoutait bouche bée, ne comprenait rien, lui pardonnait tout. Ils étaient liés par leur échec au-delà de ce qu’ils pouvaient croire. Ayant renoncé l’un à l’autre avec force sanglots, ils n’envisageaient pas de se passer l’un de l’autre. Croyant qu’ils ne s’aimaient plus, ils s’adoraient et se consacraient le meilleur d’eux-mêmes. Est-ce qu’ils y gagnèrent ? Est-ce qu’ils y perdirent ? Qui peut le dire ? Avant qu’elle ne retombe amoureuse de quelqu’un, il allait s’écouler dix ans. Et ce quelqu’un, ce serait moi, ecce homo. »

Ce roman, paru pour la première fois en 1996, est d’une incroyable modernité. Il aborde de front les questions qui agitent notre société : les évolutions de la famille traditionnelle, la place du père ou du géniteur au sein de celle-ci et le désir d’enfanter coûte que coûte ressenti par certaines femmes.

Le lecteur, devenu voyeur sans compassion, se met à l’affût des rapports triangulaires qu’entretiennent les antihéros de cette histoire.

Égoïsme, tendresse fugace, lucidité vite transgressée, indifférence, désespoir parfois. Le roman d’une époque où intérêt et rentabilité ont phagocyté les âmes. Un soufflet magistral.

« Au cours de ces vacances, ils souffrirent ensemble, mûrirent ensemble. Ils pleurèrent beaucoup sur eux-mêmes à Delphes et à Olympie. Ils firent aussi ce qu’on fait en Grèce, c’est-à-dire boire du Retsina, nager dans les criques, adopter un chaton sur l’Acropole, rire et faire l’amour (à l’insatisfaction générale). Quand ils revinrent à Paris, Patrick embrassa une existence homosexuelle dont il ne lui cacha pas grand-chose. Elle écoutait bouche bée, ne comprenait rien, lui pardonnait tout. Ils étaient liés par leur échec au-delà de ce qu’ils pouvaient croire. Ayant renoncé l’un à l’autre avec force sanglots, ils n’envisageaient pas de se passer l’un de l’autre. Croyant qu’ils ne s’aimaient plus, ils s’adoraient et se consacraient le meilleur d’eux-mêmes. Est-ce qu’ils y gagnèrent ? Est-ce qu’ils y perdirent ? Qui peut le dire ? Avant qu’elle ne retombe amoureuse de quelqu’un, il allait s’écouler dix ans. Et ce quelqu’un, ce serait moi,ecce homo. »

lire la suite du résumé

Presse & Librairie

Marie-France

« C’est superbement écrit. Cynique, lapidaire, inattendu. Un de ces romans qui procurent un vrai bonheur de lecture. »

Juliette Boisriveaud, Cosmopolitan

« Des bulles de sagesse et de cynisme. Du rien. De tout. De la vie. Qui finira bien ou mal, c’est selon le lendemain. Et la découverte d’un talent ébouriffant. »

Le Bien public

« Ce livre à plusieurs voix fait du lecteur un complice. Claude Habib écrit le roman d’une époque, d’un milieu, comme Sagan dans les années 60. Avec le même regard lucide et un peu désenchanté. »

zoom sur l’auteur

Claude HABIB
Claude Habib, professeur émérite à l’Université de la Sorbonne Nouvelle, (...)

Dans la même collection

Cavalière du tsar

Cavalière du tsar

|

Nadejda DOUROVA

Itinéraire d'un poète apache

Itinéraire d’un poète apache

|

Guillaume Staelens

Préfère l'impair

Préfère l’impair

|

Claude HABIB

Perdu en chemin

Perdu en chemin

|

Ruth KLÜGER

Newsletter

Pour recevoir régulièrement
des informations sur l’actualité
de la maison, abonnez-vous à
notre liste de diffusion.

Inscrivez-vous


Désinscrivez-vous